Êtes-vous en faveur de la vie?

Partagez

vie

Pour ou contre?

C’est le sujet de ma chronique radio sur CHUN FM 98,3 du vendredi 28 octobre 2016 vers 17H15. Vous pouvez l’écouter en cliquant ici

Est-ce si facile à répondre?

Cela semble être une question facile à répondre. La réponse parait évidente. Bien sûr que vous êtes en faveur de la vie…
Est-ce réellement le cas? Mon but ici est de vous aider à prendre conscience que parfois, et même souvent, vous agissez inconsciemment contre la vie plutôt qu’en faveur de la vie.
Être en faveur de la vie, signifie être pleinement en faveur de soi. Pourquoi? parce que vous n’êtes pas simplement vivant, vous êtes la vie même.  Si vous êtes en cohérence avec la vie, vous aimez la vie, et vous ne pouvez aimer la vie réellement, que lorsque vous  vous aimez réellement et entièrement. Vous êtes donc réellement en faveur de la vie quand vous vous aimez inconditionnellement.

Quand êtes-vous en défaveur de la vie?

Quand vous vous autosabottez, que vous jouez à la victime, que vous vous dénigrez, vous déshonorez alors qui vous êtes.Vous me direz, Mais ce sont les autres qui me dénigrent? Mais est-ce seulement vrai? Ont-ils ce pouvoir? Que l’autre veuille vous dénigrer, c’est son affaire, sauf que si vous, vous n’y croyez pas à son dénigrement à votre endroit, cela ne peut vous affecter. Quand vous croyez en vous et que vous honorez qui vous êtes, vous ne pouvez être menacé de rien ni de personne. Et c’est de cette manière que vous êtes en faveur de la vie, en faveur de VOUS.

Quelques exemples

Vous voulez savoir si ce que vous vous apprêtez à faire est en harmonie avec votre essence, avec la vie que vous êtes?  Demandez-vous: Est-ce que ce que je m’apprête à faire soutient la vie? Si la réponse est négative, c’est que vous vous dirigez vers un acte d’auto-destruction. Prenons l’exemple de ce que Montréal veut faire passer comme loi pour éliminer les Pit Bulls. Est-ce que cette loi soutient la vie? La réponse étant non, indique que ce type de décision risque de nous diriger vers notre propre perte, notre propre élimination. Il y a d’autres solutions, et la Société Protectrice des Animaux en a fait la démonstration claire.
Je prends un second exemple, assez grossier: l’armement militaire: Est-ce que le fait que les pays s’arment dans le but de tuer leurs semblables, est un geste qui soutient la vie?     Je vous laisse y répondre. Le budget militaire mondial de l’année 2015 dépasse 1200 milliards de dollars US. À titre de comparaison, le Budget global du Québec pour l’année 2015 avoisinait 75 milliards de dollars US.  imaginez que nous prenions la totalité des sommes en dépenses militaires pour soutenir la vie au lieu de la détruire. Nous serions assurés de  sauver le monde.

Changement de perspective

Comment changer les choses et le monde? Examinez si dans votre vie, vous soutenez la vie dans vos gestes quotidiens. Vous découvrirez peut-être qu’il est facile pour vous de modifier certaines habitudes malsaines qui nuisent à la vie pour les transformer en habitudes soutenantes. Faites juste vous demander si l’acte que vous vous apprêtez à poser est un geste inspiré par l’amour ou par la peur. Ce sont les deux seuls choix dans l’expérience humaine. Le premier vous rend pleinement vivant alors que le second vous met en mode survie. Si c’est la peur qui oriente vos gestes, vos actes vont s’opposer à qui vous êtes. Ils vont donc s’opposer à la vie. En fait quand vous êtes dominé par la peur, vous êtes alors sous le joug de votre ego.
Par exemple, si vous avez l’habitude de vous mettre en colère lorsque quelqu’un n’est pas d’accord avec votre opinion, sachez que ce n’est pas l’autre qui a un problème, mais vous-même. La preuve, c’est que c’est vous qui ressentez la colère et non l’autre. Demandez-vous quel est l’objet de cette colère? Prenez le temps de laisser monter la réponse, vous découvrirez peut-être que c’est parce que l’autre a raison que vous vous mettez en colère. De quoi aviez-vous peur? Avez-vous réellement raison de vous mettre en colère? Qu’y a-t-il de dommageable au fait que l’autre puisse avoir raison ou qu’il ne soit pas d’accord avec vous? N’a-t-il pas le droit à son opinion, à être aussi vivant que vous,  avec une opinion différente de la vôtre? Vous savez, c’est souvent parce que vous le prenez personnel que vous partez en « guerre ». Pourtant il n’y a rien de personnel dans la vie. C’est seulement quand l’ego vous domine que vous le faites. Vous avez alors tendance à vous comporter comme si vous étiez CELUI qui a raison et qui sait tout. Et personne n’a le droit de penser autrement que vous ou de vous contredire.  Cette façon d’être n’est pas très sensée et s’oppose à votre nature véritable.

Une faveur à la vie

Un moyen rapide pour revenir à vous et à la vie toute simple est de  donner raison à l’autre. De cette manière, vous signifiez à l’autre que vous accueillez le fait qu’il a le droit d’être qui il est avec ses propres opinions. Il est la vie qui s’exprime de façon singulière, tout comme vous le faites vous aussi. Vous agissez alors concrètement en faveur de la vie. Agrandissez votre vision de la vie, soyez inclusif au lieu de penser qu’il y a les autres et qu’il y a vous, car nous sommes tous unis par la vie qui nous habite. Accueillir la vie sous toutes ses formes, c’est s’accueillir et se vivre de mieux en mieux. C’est aussi quitter ses histoires de peur, qui n’existent que dans notre tête, nulle part ailleurs. Chaque prise de conscience suivi d’une action concrète en faveur de la vie, est un pas résolu en faveur de la vie. En le vivant concrètement dans votre vie quotidienne, vous êtes à vous seul LA solution pour un monde meilleur et bien vivant.
Dans la réalité, l’amour, il n’y a que cela.
Vous aimez le contenu de cet article, partagez-le!
Guy Parent, praticien en transformation personnelle

EnregistrerEnregistrer

A propos

Praticien en transformation personnelle, conférencier, diffuseur de joie de vivre, bloggeur

Tagués avec : , , , , , , ,
Un commentaire sur “Êtes-vous en faveur de la vie?
  1. Bonjour Guy, oui je suis en faveur de la vie. Une femme que je connais avait peur des hôpitaux. Chaque fois que je lui proposais d’aller à l’hôpital,elle refusait.Donc, un jour je prie sur moi d’appeler une ambulance malgré son refus. Le médecin après des tests décida de l’envoyer à Montréal car elle avait un cancer de leucémie aigue. Autre exemple: Une amie m’appelle pour me dire qu’elle est hospitalisée. Elle m’appelle pour me dire ce qu’elle a, une pancréatite. Je l’appelle à tous les jours pour prendre de ses nouvelles. Un jour, je trouve sa voix bizarre et elle me dit qu’elle est très épuisée. Donc, je la quitte et j’appelle au 3e étage pour les aviser qu’il y a quelque chose qui ne va pas avec cette patiente. Tout de suite, il se rende dans la chambre suivi du médecin pour voir ce qui se passe. On lui fait passer une radiographie et ils sont surpris de constater que ces poumons baignent dans l’eau. J’aurais pu ne pas porter attention à ces deux cas mais la vie est un magnifique cadeau venant de Dieu. Nous devons l’apprécier, en être reconnaissant et rendre grâce pour tout ce qu’elle nous apporter de beau et de bon. Vive la vie et profitons de ces bienfaits. Cessons de toujours vouloir avoir tout, désiré que ce que les autres ont et en vouloir toujours plus. Ca ne sert à rien. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*