C’est la résistance qui vous freine!

résistance frein
La résistance

La résistance, voilà le sujet de ma première chronique radio de l’automne 2017, sur CHUN FM 98,3, du 6 octobre 2017, à 17H15. (vous pouvez l’écouter en tout temps durant les 6 jours qui suivent la chronique en cliquant ici: chronique radio)  Êtes-vous d’accord que tout le monde en fait de la résistance?
Dans cette chronique, qui a comme  thème central de « penser autrement« , le sujet de la résistance est important, Pourquoi? Parce que nous résistons au meilleur de nous-même sans nous en rendre compte. Et tant et aussi longtemps que nous en sommes inconscient, nous continuons à résister. Nous nous dirigeons à l’opposé de ce que l’on désire dans notre vie. La raison en est simple:  ce à quoi je résiste, persiste.

 

D’où vient-elle?

Lire la suite ›

Tagués avec : , , ,

Pour une différence réelle!

 

Intro

L’été est officiellement commencé. Le temps des vacances approche. Les gens se réjouissent d’avance de prendre leurs vacances, au chaud, au soleil, en profiter.
Aujourd’hui, mon sujet est de réaliser que l’on peut se mettre dans un mode qui nous fait ressentir le bonheur d’être en vacances, bien, heureux et léger sur une base plus fréquente, et pourquoi pas permanente.

Lire la suite ›

Tagués avec : , , ,

Une fois pour toute et pour de bon, vivre le réel!

vivre le réelIntroduction

Voici une petite récapitulation du propos que je tiens lors de mes chroniques radio depuis le début de l’année. Je vous livre mon invitation à vous connecter à vous-même, être vous, à vivre le réel plutôt que d’être éteint avant d’être mort.

Vivre le réel!

La proposition constante à laquelle je vous convie est de vivre le réel! Et le réel ne peut être expérimenté quand vous n’êtes pas vous-même ou quand vous vous quittez ou encore que vous êtes hors de vous. Autrement dit vous ne pouvez être réel si vous n’êtes pas VOUS. Pour bien me faire comprendre, vous ne pouvez être VOUS quand vous êtes faux ou que vous n’êtes pas vrai. Cela se produit quand vous vous mentez et que vous mentez,  quand vous vous dénigrez ou quand vous reniez qui vous êtes. Il en est de même quand vous dites non à vos passions et que vous vous éteignez à petit feu.  Vous n’êtes alors pas en faveur de vous et avec VOUS. En conséquence, vous vivez un monde faux, une illusion.
Ne pas être avec Soi revient à croire, par exemple, que vous êtes un moins que rien; que le bonheur ne peut être atteint; que vous n’êtes pas aimable ou que l’amour c’est pour les autres. Hors, tout ce cortège de croyances n’existe pas dans le réel.

Réel versus réalité

Mais attention, même cela n’existe pas dans le réel, vous pouvez en faire votre réalité. Cela se produit dès le moment où vous croyez que « l’amour c’est pour les autres ». C’est vous qui donnez foi à cette croyance. Vous êtes l’auteur qui crée cette réalité pour vous, car, que vous le vouliez ou non, vous êtes un être de création:  vous  inventez ce monde illusoire dans lequel vous vous plongez et qui vous fait souffrir. Êtes-vous dans le réel pour autant? Non.
Le réel est indépendant des histoires que vous vous contez dans votre tête. En fait, le réel se vit dans l’ici et maintenant, il est le présent. Cette présence vous maintient dans un état qui vous fait dire oui à la vie telle qu’elle est, telle qu’elle se présente au fur et à mesure. Le réel consiste à laisser émerger ce que votre coeur vous dicte et d’en faire votre guide dans l’éternel présent. C’est de choisir de mettre votre intelligence et votre mental au service de votre coeur et non l’inverse.

Un coeur qui bat dans le présent

L’écoute des battements de votre coeur est un excellent moyen de revenir au réel présent. Dans le présent, vous ne pouvez compter sur les battements de votre coeur de votre enfance ou de votre adolescence, car ils font partie du passé. Ce sont les battements du maintenant qui vous font vivre car le réel est maintenant, à chaque battement de coeur en continue.
De la même manière, votre passé ne définit pas votre présent. Le passé est passé et dépassé. Il n’existe plus. Ce n’est pas votre histoire d’hier qui vous définit, à moins d’y être accroché avec votre mental. Par exemple, si hier vous aviez peur de parler en public, en quoi cela vous empêche de parler en public aujourd’hui? Si vous laissez votre passé restreindre votre présent et votre futur, vous ne pouvez faire que répéter votre passé. Cela vous empêche d’écouter votre coeur battre dans le réel et vous redonner tous vos moyens.
Est-ce cela vivre? Je dirais plutôt que c’est une manière personnelle de survivre dans un monde illusoire que vous maintenez tout seul avec votre tête et vos peurs. Ça ne peut fonctionner car être dirigé par sa tête et ses peurs  sans tenir compte de votre coeur revient à vous opposer à qui vous êtes, car vous êtes amour dans votre vraie nature. Écouter votre coeur et ses battements permet d’atteindre la cohérence dans votre être en laissant derrière le discours du passé.

En conclusion

Ma déclaration en titre – une fois pour toutes et pour de bon, vivre le réel! –  peut être traduite par: une fois pour toute et pour de bon, soyez vous-même avec coeur et présence en temps réel, car le paradis est un état d’être et non un lieu à atteindre. Rendez-le réel!
Vous avez aimé? Partagez!

EnregistrerEnregistrer

Tagués avec : , , , ,

L’impact de croire votre coeur!

croire votre coeur

Quelques croyances

En quoi croyons-nous dans notre vie?
  • Nous n’y arriverons jamais, le monde va à sa perte;
  • Il y aura toujours de la violence;
  • On ne peut rien y faire;
  • La vie va cesser sur terre à cause de l’homme.
Quand nous croyons cela, nous participons à cela. En fait, nous exprimons que nous ne croyons pas en qui nous sommes. Nous croyons que nous sommes l’inverse de nous-même, et nous  créons à partir de cette base. C’est un jeu malsain que nous avons appris il y a très longtemps et que nous répétons de génération en génération, souvent jusqu’à ce que mort s’en suive, car c’est ce en quoi nous croyons. Nous sommes tellement pris par ces histoires de peur.  Nous nous les  racontons dans nos têtes et  nous les partageons. Il est difficile de voir et d’entendre autre chose.

Votre coeur

Et pourtant il y a une autre vie que celle-là, que celle du stress permanent. Il y a une autre voie et une autre voix:  la voie du coeur. Cette voie que nous ne suivons pas souvent car il y a temps de choses plus importantes à faire et qui nous tuent à petit feu.
Croire votre coeur, c’est de prendre le temps de ressentir et d’écouter votre intuition profonde qui sait tout. Tout le monde l’a déjà ressenti au moins une fois dans sa vie, et quelque fois l’a suivi. Quand on fait le choix de suivre cette voie, il est clair que cela va déranger votre entourage, car votre entourage est habitué d’aller à son opposé. Personne n’aime se faire changer ses habitudes. Et pourtant, en suivant son coeur, on retrouve la vie, le nouveau, l’éveil vers une vision qui fait du bien à soi et aux autres.
Faire ce choix courageux, correspond à croire en la vérité de qui vous êtes. Vos agissements  vous dirigeront alors vers le meilleur de vous-même. Suivre votre coeur signifie de dire un OUI franc à la vie. Vous votez pour et en faveur de la vie.
Et comme l’as écrit Don Miguel Ruiz: « vous aurez à le faire selon votre propre chemin parce que vous seul vous avez la possibilité de vous connaître ».

L’impact

L’impact de croire votre coeur produit l’effet de vivre votre vrai vous. Vous devenez VRAI et authentique. Vous vous vivez réellement et librement. Et quand on y pense bien, c’est le seul chemin qui soit bon pour soi: votre voie à vous. Lorsque vous vivez ce choix, vous le savez et vous ressentez que vous êtes constamment à votre place et c’est bon.
Ma suggestion: appliquez ce choix à chaque matin de votre vie. Voilà un accélérateur de mouvement en faveur d’un monde  meilleur pour vous et pour tous ceux et celles que vous croiserez.
Guy Parent, consultant en relations humaines
Maintenant à la Clinique SERA, tous les mardis de 13h à 20H. Un modèle d’affaires qui redonne au suivant.

EnregistrerEnregistrer

Tagués avec : , , ,

Notre réel ennemi dans nos vies

croire de nouveau en soi

Quelques questions

Qu’est-ce qui fait que ça ne fonctionne pas comme on aimerait que ça fonctionne dans nos vies? Prenez le temps d’y penser.
Connaissez-vous l’ennemi qui vous éloigne du bonheur, de l’amour et de la bonté? Prenez un moment pour y réfléchir.
Êtes-vous d’accord que tout le monde cherche à être bien, heureux et de vivre dans l’amour? Oui bien sûr.

L’ennemi réel

Je vous informe que selon moi, il n’y a qu’une chose qui vous éloigne de ce lieu: ce sont vos mensonges. Plus justement, c’est le fait de croire à vos mensonges et aux mensonges des autres.  Nous perdons notre temps et nos énergies à nous faire mal et à nous maltraiter avec les mensonges à propos de nous-même, à propos des autres et à propos de la vie. Les mensonges comme tel ne nous créent aucun mal, tant et aussi longtemps que nous ne les croyons pas, que nous savons que ce sont des mensonges et que nous n’y prêtons pas attention.  Sauf que dans la vie telle que nous la vivons, ce n’est pas réellement ce que nous faisons.

Votre rapport avec le mensonge

Ce que nous faisons c’est de croire aux mensonges, sans même savoir que ce sont des mensonges. Autrement dit, sans même avoir vérifié si ce sont des mensonges. Nous sommes inconscients dans nos agissements, dominé par le menteur en nous: nous croyons dur comme fer à ces mensonges et nous souffrons, pris avec les effets de ces mensonges. Notre réel ennemi est donc là: nous accordons notre foi aux mensonges.
Pris dans ce scénario, le mot réellement prend un tout autre sens, le RÉEL  MENT. Nous vivons un réel mensonger qui nous éloigne de nous-même et du réel. Ce ne peut être que souffrant.

Signal d’alarme

Il existe un signal d’alarme naturel ou une évidence très facile à reconnaître qui démontre que vous croyez aux mensonges:

  • être malheureux,
  • vivre un stress intérieur ou
  • cesser de vous réjouir du fait que vous êtes vivant.

Que faire dès ce moment là?   Commencer à mettre en doute ce en quoi vous croyez et qui vous fait mal. Il est évident que vous croyez à des mensonges. Écrivez les pensées qui vous tourmentent. Mettez-les à l’épreuve de la vérité car seul le réel ou la vérité vous rendra libre.

Mettez en doute le menteur

Mettre en doute ce en quoi vous croyez correspond à mettre en doute le menteur dans votre tête. Il est celui qui vous envoie toutes ces pensées fausses auxquelles vous êtes habitués de croire. Cela ne veut pas dire pour autant qu’elles soient vraies. Dans votre tête voici une très courte liste du discours commun que le menteur utilise : « ça ne marche jamais comme je veux »;  «  c’est de ta faute si ma vie ne va pas bien » ; « tu m’as trahi » ; « je suis perdu sans toi ».  Ces pensées désespérantes n’ont rien à voir avec la réalité telle qu’elle est. Elles nous font quitter le plus grand cadeau qui nous a été donné à la naissance et que nous avons perdu en chemin: le présent. Quand nous perdons le présent, nous ne sommes plus réel. Nous nous mentons.  Ce phénomène est normal car nous avons tous appris à interagir à partir de mensonges. C’est tellement vrai que cela fait partie de notre culture verbale: «  faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais ». Cette façon d’être et d’interagir génère un monde de confusion, de frustration et d’incompréhension.

 Le réel

Revenir au réel va se situer à l’opposé de ce que nous suggère les mensonges. ainsi au lieu d’être pris avec la pensée
  • « ça ne marche jamais comme je veux », je découvre que ça marche toujours comme je le veux. Il s’agit simplement de décider qu’est-ce que je veux?
  • « C’est de ta faute si ma vie ne va pas bien », je prends conscience que si ma vie ne va pas bien, cela n’a rien à voir avec l’autre et tout avec moi. J’ai tous les pouvoirs pour changer le cours de mon existence et c’est à moi de jouer.
  • « tu m’as trahi » , je réalise que je fais cela tout seul. C’est moi qui me trahit et personne d’autre. Je décide d’apprendre à me respecter car je comprends que cela relève de moi.
  • « je suis perdu sans toi », je cesse de me conter cette histoire qui ne tient à rien car dans la réalité je m’appartiens. je ne me sens perdu que lorsque je me quitte.

Changer de croyance

Le seul ennemi n’est nullepart ailleurs que de croire à ce qui ne tient pas la route, à ce qui est faux et qui me rend faux. En corrigeant le tir, les astres s’alignent de plus en plus. Ce n’est pas de la pensée magique, c’est un changement de paradigme. Au lieu de croire à mon opposé, je commence à croire en moi et à m’en réjouir dans le présent. Ça change tout.
Cela fait-il du sens pour vous?  Êtes-vous d’accord?
Écrivez les pensées qui vous hantent et vous nuisent, puis méditez sur la véracité de leurs suggestions. Vous finirez par découvrir que vous êtes bien plus que vous ne le pensiez.
Bonne réflexion!

EnregistrerEnregistrer

Tagués avec : , , , , ,

Derrière votre histoire se cache votre vous réel!

votre vous réel

Le réel

De quoi est fait ce réel? De plein d’amour. «  La bonté est juste là car ce que vous êtes est bonté. » Don Miguel Ruiz
Dans le réel, vous n’avez pas à tenter d’être bon. Ce que vous avez à faire est de cesser de prétendre  être ce que vous n’êtes pas.

Cesser de prétendre

Si vous pensez que vous ne valez rien, que vous êtes sans importance: Cesser de prétendre être ce mensonge, car c’est un mensonge. Cesser de prétendre être cela. Laissez tomber cette histoire. L’espace d’un moment, laissez tomber toutes vos histoires à propos de vous. Ne soyez rien en particulier. Laissez passer  toutes ces paroles dans votre tête. Regardez-les pour ce qu’elles sont. Cessez de vous y accrocher. Voici quelques exemples de paroles:  «  Oui mais moi ça ne marche jamais »;   « oui mais moi personne ne m’écoute »; « c’est à cause de mes parents si je suis comme ça ». Laissez passer ces histoires et vous finirez par REtrouver un calme. J’ai bien dit RE-trouver, autrement dit « vous trouver de nouveau ».

Votre nature réelle

Oui car votre nature réelle est toujours là à vous attendre, dans le calme. Elle sait qu’elle n’est menacée de rien ni de personne. Votre nature réelle est lumière ou énergie lumineuse. Votre nature réelle est VIE. La vie est énergie. D’ailleurs tout est énergie. Cette énergie est créatrice. Vous êtes donc créateur.
Au lieu de prétendre être quelqu’un qui est plein de lacunes, de blessures, de défauts, de méchanceté, vous pouvez décider de laisser tomber toutes ces histoires et remarquer que vous êtes toujours là, bien vivant, sans histoires. Alors qui êtes-vous sans ces histoires? Laissez la réponse monter de votre centre énergétique ou de votre coeur. Il se peut que la bonté ressorte rapidement.

Se détacher des histoires

Sachez vous détacher des histoires ou du discours que vous entendez dans votre tête. Cette voix a tendance à vous rabaisser, à vous critiquer, à vous dénigrer. Elle est le menteur dans votre tête. Détachez-vous de cela car c’est la seule chose entre vous et votre essence même. En vous détachant de toutes ces histoires, vous aurez de nouveau le bonheur de goûter à une expérience fort différente, que les mots ne peuvent facilement décrire. C’est le chemin pour quitter la dualité et pour vivre de plus en plus l’unicité.

Avertissement

Je vous avise que de prendre ce chemin représente un grand défi car il va à l’encontre de toutes les connaissances que vous avez apprises en société. Toutes ces connaissances sont faites de sons et de paroles qui sont basés sur des interprétations erronées ou mensongères, que vous croyez vraies, du genre: « On ne fait pas ce que l’on veut dans la vie ».  C’est tellement bien installé en vous que si vous voulez penser autrement, d’autres paroles vont s’ajouter dans votre tête: «  je le savais que ça ne fonctionnerait pas ».  Tout ce jeu se joue pour vous convaincre du scénario négatif que vous avez appris. La persévérance sera donc de mise pour pratiquer une nouvelle façon d’avancer.
en faisant l’effort de les laisser passer, en cessant de leur porter attention et en cessant de les nourrir, ce sont ces discours qui vont finir par crever plutôt que vous.

Objectif

L’objectif que je vous propose à atteindre?
L’amour de soi et l’amour de la vie!
Le réel quoi! Ce trésor souvent trop bien caché.
Bon printemps!
Guy Parent, consultant en relations humaines, conférencier , formateur.
Tagués avec : , , , ,

Je ne vois que ce que je veux voir!

voir ce que je veux voir

On ne voit que ce que l’on veut voir!

Êtes-vous d’accord avec cette affirmation? Selon moi, on ne voit que ce que l’on veut voir, constamment. On ne voit pas nécessairement ce qui est là sous nos yeux, le réel. J’espère vous le démontrer dans cet article.
Est-ce difficile de départager ce que je veux voir de ce qui est là?  Ma réponse est oui, c’est difficile  et nous ne le voyons pas. Nous avons des idées préconçues sur à peu près tout. Nous ne savons pas grand chose et pourtant nous avons une opinion sur tout. En fait au lieu d’accueillir ce qui est là, nous interprétons constamment ce que nous voyons et entendons. Nous sommes dans le monde de la perception. Percevoir, c’est interpréter les faits (qui sont neutres) à partir de nos croyances.

Le croire pour le voir

On connaît tous l’expression qu’il faut le voir pour le croire.  Pourtant en acceptant que je ne vois que ce que je veux voir, l’expression devrait se lire ainsi: il faut le croire pour le voir. Ainsi je ne vois que ce que je veux voir, que ce que je pense voir. Si je n’y crois pas, je ne le vois pas.  C’est avec cette voix dans ma tête que je vois. Elle interprète constamment et nous conte des histoires…fausses, que nous croyons.
En fait, il y a plusieurs réalités qui se côtoient en même temps en fonction de l’interprétation de chacun. Personne ne voit la même chose, car ce que la personne voit, relève de l’interprétation qu’il en fait. Nous n’acceptons pas le réel tel qu’il est. Nous le percevons à partir de nos propres croyances, des limites que nous nous imposons et de nos possibles et impossibles.
En réalité, nous ne voyons pas grand chose car nous vivons dans un monde dominé par les paroles et par les sons, et qui répondent à un besoin incessant de communiquer. Nous tentons de tout mettre en mots. Chaque mot est une façon d’étiqueter ce que nous voyons et de tenter de contrôler notre environnement. Ensuite nous en remettons en ajoutant des commentaires à ce que nous voyons et nous nous permettons de juger. C’est ce que nous avons appris à faire.

Retrouver la vision

Avec ce bourdonnement constant dans notre tête,  nous oublions ce don naturel que nous avons d’observer, simplement, sans imposer quoi que ce soit d’autre à notre vue. Sans le savoir, nous négligeons complètement la vision que nous procure nos yeux spirituels ou les yeux de notre coeur. Ils sont fermés. Nous bloquons notre capacité à nous émerveiller de la vie et à reconnaître que nous sommes la vie.  Nous laissons le menteur dans notre tête parler et partager ses mensonges aux autres. Et ainsi je ne vois que ce que je veux voir, car je cherche des références en paroles, au lieu d’être, simplement.
Interpréter ce que je vois à partir du discours dans ma tête génère plusieurs réalités qui s’entrechoquent, car chaque individu a sa propre perception influencée par son système de croyances restrictives (mensongères). Si au contraire je retrouve ma vision, celle du coeur, et que je la laisse me guider, je vais réaliser que chaque personne veut la même chose, que nous ne faisons qu’un lorsque c’est notre coeur qui voit et qui parle. Notre vision devient commune et nous nous approchons de plus en plus du monde réel. Les différentes réalités peuvent s’estomper pour rejoindre ce grand chemin commun du réel, si et seulement si c’est ce que nous voulons voir…

Ma suggestion

Recommencez à goûter la joie du silence. Pensez à être en silence au moins une heure en ligne et ne tentez pas de voir. Laissez plutôt la lumière se manifester devant vous et en vous. Avec la pratique, vous remarquerez peut-être qu’il n’y a pas de mots pour décrire l’expérience. Les mots ne sont pas assez forts pour décrire la grandeur de ce que vous êtes, de ce que la vie EST, et surtout de ce que la vision du coeur, sans mots, vous offre. Et vous verrez pour une première fois ce qui est, comme quand vous étiez enfant avant la parole. Vous reviendrez à vous.
Votre quête de contrôle s’estompera car ce réel que vous verrez enfin, vous plaira.
Prenez le temps d’être vivant!

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Tagués avec : , , , ,

Vivez-vous le bonheur?

bonheur

Journée mondiale du bonheur

Le 20 mars était la journée internationale du bonheur. TVA Nouvelles nous apprenait que le Canada arrivait au 7e rang des pays les plus heureux, selon le classement du « World Happiness Report », dont la publication coïncide avec la journée mondiale du bonheur établie par l’ONU.

Les pays en tête de liste

C’est la Norvège qui arrive au premier rang, suivi du Danemark, de l’Islande et de la Suisse. Les É.-U. arrivent au 14e rang.
L’objectif du rapport est de rendre compte du bien-être des populations au delà des seuls indicateurs économiques.
La Norvège est un pays riche, certes, mais il y a des facteurs plus profonds:
  • Pays assez homogène,
  • l’écart entre les gouvernants et les administrés n’est pas très grand et
  • la confiance règne.
Même si l’argent y est pour beaucoup, on énumère une série d’ingrédients importants:
  • la compassion,
  • la liberté,
  • la générosité,
  • l’honnêteté,
  • la santé,
  • les filets sociaux et
  • la bonne gouvernance.
La différence dans les pays riches se situent au niveau de la:
  •  santé mentale,
  • santé physique et
  • relations personnelles.

La plus grande source de misère identifiée est la maladie mentale.

Les É.-U. ont glissé au 14e rang à cause d’un moindre soutien social, d’une confiance en berne dans les institutions gouvernementale et d’une corruption perçue en hausse. Et ça n’a pas progressé depuis les années 60.
Sans surprise, ce sont les pays touchés par la guerre qui arrivent au bas du classement.

Une autre étude, un autre classement

Mais attention dans un article de Radio-Canada, du 20 mars 2015, selon un sondage de la firme Gallup, la carte du bonheur est très différente selon certains critères. Ils ont demandé aux habitants de 143 pays s’ils avaient ressenti la veille, des émotions positives:
  1. Vous sentiez-vous reposé?
  2. Vous a-t-on traité avec respect?
  3. Avez-vous ri beaucoup?
  4. Avez-vous appris quelque chose d’intéressant?
  5. Avez-vous ressenti ces émotions durant une bonne partie de la journée? Avez-vous ressenti du plaisir?

Ils ont posé les question à environ 1000 adultes par pays. Dans ce sondage, ce sont les latino-américains qui arrivent en tête de liste: Paraguay, Colombie, Equateur et Guatemala. Ce sont les habitants de ces pays qui ressentent le plus d’émotions positives dans une journée. Il est donc clair que l’argent n’est pas tout. Le Canada, pour sa part, arrive au 15e rang. Ce qui n’est pas mauvais.

Matière à réflexion

Combien parmi vous pouvez-vous répondre positivement à ces questions?
  • Hier, avez-vous ressenti des émotions positives?
  • vous sentiez-vous reposé?
  • vous a-t-on respecté?
  • Avez-vous ri beaucoup?
  • Avez-vous appris quelque chose d’intéressant?
  • Avez-vous ressenti ces émotions durant une bonne partie de la journée? Avez-vous ressenti du plaisir?

Si ce n’est pas le cas, réalisez que cela ne dépend pas de l’extérieur, cela dépend de vous, car tout vient de l’intérieur. Le bonheur n’est pas quelque chose à obtenir au mérite car  nous avons tous droit au bonheur. Cela fait partie de notre nature. Prenons-nous soin les uns des autres? La clé réside dans notre volonté à prendre soin de l’humain. Pourquoi alors ne pas commencer par soi? S’occuper de soi contribue à s’occuper mieux des autres. Tout cela augmente notre sentiment d’être heureux.

Ma suggestion

Si le bonheur semble vous échapper, je vous suggère de passer à l’action pour le retrouver, en appliquant ces quelques conseils issus du dernier sondage:

  • reposez-vous bien,
  • traitez-vous avec respect,
  • faites des choses intéressantes et
  • réjouissez-vous du cadeau de la vie, constamment.

Appliquez quotidiennement ces quelques conseils et vous verrez votre niveau de bonheur augmenter significativement.

Au delà des sondages, ce qui est important c’est que vous soyez celui ou celle qui ressent le bonheur dans votre vie. Après tout, c’est votre vie, alors faites-en quelque chose de bon pour vous.  Cela rejaillira sur votre entourage. Et tout le pays en viendra à vivre de plus en plus ce rêve.

 

Guy Parent, consultant en relations humaines, conférencier et formateur

EnregistrerEnregistrer

Tagués avec : ,

Pour améliorer votre vie rapidement!

Question d’engagement!

Si je vous proposais quelque chose pour que votre vie s’améliore rapidement et que la vie de vos proches s’améliorent aussi, le feriez-vous?  avant de répondre, je dois vous énoncer quelques conditions qui viennent avec cet outil. Tout d’abord, pour que ça fonctionne, vous allez devoir faire un choix et ensuite agir en conséquence. Il ne fonctionnera pas si vous n’agissez pas.  Tout le monde va me dire, c’est sûr que je vais le faire. Pourtant combien d’entre nous avons-nous pris des résolutions que nous avons tenu pendant à peine une semaine et même moins que cela?
Il manquait quelque chose pour que cette résolution tienne. Êtes-vous prêt à vous engager, à vraiment vous engager? Ça prend un engagement ferme et quotidien. Sinon, C’est comme si vous acceptiez un poste dans une entreprise et que vous espériez garder ce poste en ne faisant strictement rien pour le garder. Allez-vous le garder? Allez-vous gagner votre vie de cette manière? Non.

Dire et vivre le oui!

Ce que je vous propose est fort simple, mais si vous ne l’appliquez pas, vous ne verrez aucun changement et vous aurez alors le loisir de vous plaindre et de dire que la méthode ne marche pas. Vous l’avez essayé mais ça n’a pas fonctionné pour vous. Ce que je vous suggère, ce n’est pas de l’essayer, mais bien de l’adopter. C’est très différent. Autrement dit, vous vous engagez à le vivre quotidiennement, à le ramener à votre conscience, pour agir différemment.  Si vous ne faites que l’essayer, ce ne sera qu’un essai, c’est tout, sans lendemain. Donc serez-vous sérieux avec vous-même?Le ferez-vous? Assurez-vous que ce soit un vrai oui, et ça ne pourra que fonctionner.

Se positionner par rapport à votre ego

Quel est cet outil? Juste avant, je vous mentionne que cet outil s’applique dans toute situation de votre vie de tous les jours. Il commence dès que vous vous éveillez le matin. Le défi réside dans le fait de le maintenir toute la journée. Au début, vous remarquerez que ça semble être un défi impossible à relever, car nous avons été éduqués à vivre souvent à son opposé. Cet outil représente l’outil ultime pour demeurer dans le réel, car voyez-vous nous vivons à peu près tout le monde dans un monde illusoire, sans nous en rendre compte. En fait, une manière d’y parvenir est d’agir à l’opposé de notre ego, de ce que nous suggère notre ego. Plusieurs diront qu’ils ne savent pas ce que leur ego leur suggère. Je vous répond que c’est très facile à savoir, c’est à chaque fois que vous vivez un stress intérieur, ou que la peur vous envahit. Vérifiez alors quelles sont les pensées qui sont présentes en vous et qui défilent l’une derrière l’autre. Ce sont toutes des pensées de l’ego:
  •  je ne vaux rien;
  • les autres sont méchants avec moi;
  • je ne peux faire confiance à personne;
  • ma fille fait tout pour me faire choquer;
  • mon conjoint ne comprend jamais rien…

Se questionner

Quand une de ces pensées surgit, demandez-vous : est-ce l’amour qui parle en moi? Et si ce n’est pas le cas, c’est que ce n’est pas vous qui  vous exprimez, c’est plutôt votre ego. Et si vous êtes convaincu que votre ego a raison, c’est que vous êtes perdu dans un monde illusoire. Vous avez donné votre pouvoir à l’ego et vous vous confondez à lui. L’ego a le grave défaut de s’opposer à qui vous êtes. Au lieu de laisser votre ego vous dire que vous ne valez rien, vous comprendrez que votre vraie nature et le monde réel est plutôt que vous êtes d’une valeur inestimable.

Vivre l’autre choix, en lien avec votre vraie nature!

En fait pour améliorer votre vie significativement, si vous ne l’avez pas encore compris, ma proposition réside à faire le choix de l’amour, à suivre ce que vous dicte votre coeur. Vivre ce choix, c’est vivre la réalité plutôt que l’illusion. C’est vivre la paix plutôt que la guerre.
Est-ce facile de faire ce choix?
Non, si vous n’y croyez pas – vous suivrez alors votre ego, comme d’habitude. Vous continuerez de croire que vous ne valez rien, que vous manquez de confiance, etc.
OUI, si vous passez à l’action, même si votre ego se manifeste encore et souvent. Ce n’est pas grave car ce qui est important est de revenir constamment à l’amour, quotidiennement. De cette manière, on réussit à faire taire notre ego, on évapore la frustration, la violence, la guerre en nous….chemin que nous avons déjà suffisamment parcouru.
Amorcez chacune de vos journées avec la conviction ferme de suivre votre coeur en toute circonstance, et remarquez la différence dans votre vie. Ne l’essayez pas, appliquez-le constamment et donnez-moi en des nouvelles. Votre monde va changer et vous reviendrez à ce monde réel où vous vous respectez. Vous serez vous-même, plutôt qu’une pâle copie de vous-même.
Que décidez-vous? Prenez-vous le beau risque de vous engager envers vous-même, envers le meilleur de vous-même au lieu du pire?
Du coup, votre vie sera meilleure! … Alors de quel risque parlions-nous?
Guy Parent, consultant en relations humaines

EnregistrerEnregistrer

Tagués avec : , , , ,

Le plus beau cadeau à offrir à vos enfants pour Noël!

noelenfants

 

 

 

Noël approche à grands pas. Je vous propose cette année d’offrir à vos enfants LE cadeau « réel » qui pourra perdurer durant toute leur vie.

 

 

Un texte inspirant

Tout d’abord, laissez-moi vous partager un texte de l’auteur Neal Donald Walsh*. Je me suis inspiré de ce texte qui suggère un enseignement à donner à vos enfants:

Enseignons à nos enfants

  • qu’ils n’ont besoin de rien d’autre qu’eux-mêmes pour être heureux: ni personne, ni endroit, ni rien d’extérieur. Que le bonheur véritable est en soi…
  • que l’échec est une fiction. Que toute tentative est une réussite et tout effort atteint la victoire, celui-là n’étant pas moins honorable que celle-ci…
  • qu’ils sont profondément reliés à toute la vie. Qu’ils ne font qu’un avec le monde entier et qu’ils ne sont jamais séparés de la Vie…
  • qu’ils vivent dans un monde d’abondance extraordinaire. Qu’il y en a assez pour tout le monde et que c’est par le partage, et non par l’accumulation, que l’on reçoit…
  • qu’ils n’ont pas besoin d’être ni de faire quoi que ce soit pour être éligibles à une vie de dignité et de plénitude. Qu’ils n’ont pas à rivaliser avec qui que ce soit et que les bénédictions de la Vie sont destinées à chacun.
  • qu’ils ne seront jamais jugés. Ils n’ont pas à se soucier de toujours avoir raison et ils n’ont ni à changer ni à s’améliorer pour être beaux et parfaits aux yeux de la Vie…
  • que les conséquences et les punitions ne sont pas une seule et même chose. Que la mort n’existe pas et que la Vie ne condamne jamais personne…
  • que l’amour est sans condition. Ils n’ont pas à s’inquiéter de perdre votre amour, et leur propre amour, s’ils le partagent inconditionnellement, est le plus grand cadeau qu’ils puissent offrir au monde…
  • que le fait d’être précieux ne veut pas dire qu’ils soient supérieurs. Que ce n’est pas en prétendant être supérieur à quelqu’un qu’on voit cette personne dans sa vraie nature et que le fait de reconnaître que «ma façon d’être n’est pas meilleure, mais différente» a des vertus thérapeutiques…
  • que rien n’est à leur épreuve, que l’illusion de l’ignorance peut être effacée de la Terre. Tout ce dont on peut vraiment avoir besoin, c’est d’être redonné à soi-même en se rappelant Qui On Est Vraiment…

 

Enseignons cela non par des paroles, mais par des gestes; non par des exposés, mais par des démonstrations. Car c’est ce que nous faisons que nos enfants imiteront, et c’est notre façon d’être qu’ils deviendront. *Communion avec Dieu, pp.91-93

L’enseignement

En s’imprégnant de ces enseignements, nous devenons de vrais tuteurs pour nos enfants. Nous leur offrons le meilleur de nous-même.

L’invitation que je vous lance est de cesser de manipuler vos enfants avec des affirmations de ce type: Soyez gentils, sinon vous n’aurez pas de cadeaux à Noël.  Pensez-y c’est une façon subtile ou non de proférer des menaces à ces enfants que vous aimez.

Prendre soin de soi

Prenez pleinement votre responsabilité pour vivre une VRAI Noël. Si vous remarquez que votre enfant n’est pas gentil, allez plutôt vérifier ce qui ne va pas et qui fait qu’il est stressé ou perturbé. Prenez soin de lui, vraiment. Vous remarquez peut-être que ce stress parle de votre propre stress. En ce sens, votre enfant vous aidera à revenir à la vraie priorité concernant votre vie : l’amour que vous avez pour lui, l’amour que vous ne vous donnez pas suffisamment. Vous prétendez dans votre tête que votre enfant n’est pas gentil. Posez-vous la question, l’êtes-vous gentil avec lui? ou  Êtes-vous gentil avec vous-même? Êtes-vous stressé par votre ouvrage ou par votre budget serré? Comment cela se répercute-t-il sur vos enfants? Prenez le temps de faire tomber votre stress intérieur. Vous remarquerez que votre enfant aura tendance à devenir gentil.

Donnez-vous le plus cadeau cette année, soyez amour dans vos actes, et tout ce que vous donnerez de vous deviendra un merveilleux cadeau.

Joyeux Noël tout le monde, une fois pour toute et pour de bon!

Guy Parent, praticien en transformation personnelle

EnregistrerEnregistrer

Tagués avec : , ,
Top